Tram : le syndicat Force ouvrière inquiet

Le syndicat FO s’interroge sur la manière dont Keolis va respecter ses engagements.

bus twisto

Après l’attribution de l’appel d’offres à Keolis, le syndicat s’interroge sur les conditions d’emploi du personnel. Dans un communiqué, le syndicat Force ouvrière (FO) explique les raisons de cette inquiétude : « l’appel d’offres entérine une économie de plus de 20 millions d’euros sur six ans pour la collectivité. Comment le prestataire peut faire des économies alors que l’offre de transport est augmentée (plus de lignes, bus électrique gratuit, parc vélo, Mobisto…) ? » s’interroge le syndicat qui note les 40 bus supplémentaires et 90 conducteurs en renfort pendant les travaux. Le syndicat voit deux solutions pour faire des économies : soit sous-traiter, soit agir au détriment des salariés. « À compter du 1 janvier prochain, les lignes 61 et 62 vont être gérées par KPN, filiale de Keolis qui gérera Flexo, Noctibus et les directs scolaires dès septembre 2018. » Le syndicat s’inquiète d’autant plus que les conditions de rémunération de ses salariés posent problème. « Les salariés sont rémunérés 30 % de moins que leurs homologues de chez Twisto. Comment Keolis a pu boucler son budget pour répondre à cet appel d’offres ? Comment Caen-la-Mer peut envisager une meilleure prestation, plus étendue et à moindre coût ? Si Caen la Mer n’a pas prévu d’investir dans du nouveau matériel, l’ajustement se fera bien sur le personnel et la masse salariale… »

 

Article Ouest-France du 10/10/2017