PRESSE – Le service gériatrique s’estime oublié du Covid

Le centre Henry-Dunant a payé un lourd tribut à l’épidémie de Covid-19. Depuis lundi, le personnel est en grève, pour réclamer la prime de 1 500 € promise aux soignants.

Pourquoi ? Comment ?

Pourquoi les agents hospitaliers ont-ils décidé de suivre le mouvement de grève national ?

« Il s’agit d’un préavis national, pour une grève d’un mois, souligne Rodolphe Gosselin, délégué Force ouvrièreLe Premier ministre avait promis une prime de 1 500 € aux hôpitaux qui étaient en première ligne. Or, le centre hospitalier d’Aunay-Bayeux ne figure pas sur la liste. Ses agents n’auront que 500 €. »

L’établissement, qui a accueilli une cinquantaine de malades et cinq patients transférés depuis la région parisienne, a déploré 13 décès, « dans le service Covid de l’hôpital et à l’Ehpad du Champ-Fleury ». L’hôpital a pourtant payé un lourd tribut. « Avec 50 agents contaminés sur 1 300 soignants contre 70 au CHU de Caen, sur un effectif de 5 000 personnes », souligne Claire Lostanlen, déléguée syndicale FO.

Pourquoi le personnel du centre Henry-Dunant est-il largement mobilisé dans ce mouvement ?

« Nous avons l’impression d’avoir été les oubliés », lâche une employée de ce service de soins de suite. Le service de gériatrie, d’une capacité de 34 lits, a ainsi dû faire face à 22 cas de Covid-19, parmi les patients admis avant le pic de l’épidémie.

« Le SSR de gériatrie était un cluster, confie une infirmière du service. Le personnel s’est retrouvé contaminé, à cause du manque de matériel. »

Au final, 28 agents ont ainsi été touchés par le Covid-19. « Plutôt que de transporter les patients à l’hôpital, ils ont été maintenus ici, avec du renfort. Pour atteindre un effectif d’une soixantaine de personnes, contre quarante en temps normal. »

Pourquoi ce service se considère-t-il comme oublié ?

« Peu de gens savent ce qui s’est passé ici, reconnaît une soignante. Y compris au sein du personnel hospitalier. » L’ensemble du personnel ne comprend donc pas pourquoi il n’est pas concerné par cette prime de 1 500 €. « Elle était promise aux agents en contact avec le coronavirus, souligne Rodolphe Gosselin. Ce qui est le cas de tout le monde au centre Dunant. C’est aussi vrai pour les urgences, le laboratoire, le transport et la blanchisserie et pas seulement pour ceux qui travaillent au sein du service Covid-19 ! »

IMG_20200526_113653 (1)

Le personnel du centre Henry DUNANT  estime avoir payé un lourd tribut au coronavirus, avec 22 malades soignés et 28 agents contaminés.

Pourquoi cette crise sanitaire inquiète-t-elle une partie du personnel, quant à l’avenir de l’hôpital Bayeux-Aunay ?

« Le monde d’après va être pire, estime Claire Lostanlen. Les services hospitaliers les plus fragiles, nous ne sommes pas certains qu’ils vont rouvrir un jour. »

En ligne de mire : la pédiatrie, qui est en sommeil depuis le début de l’épidémie. « Ce que nous demandons, c’est plus de moyens, matériels ou humains, lance une infirmière. Pas de recevoir une décoration qui est la médaille du mépris. »

[Source Ouest-France  Eric MARIE du 26 mai 2020]