PRESSE – HÔPITAL DE LISIEUX

Les soignants manifestent pour une revalorisation de leur prime Covid

Les syndicats de l’hôpital de Lisieux se sont réunis vendredi et samedi pour protester contre les primes différenciées entre établissements après la crise du Covid-19.

PAYS D AUGE MAI 2020

 

Une soixantaine de soignants de l’hôpital de Lisieux s’est réunie devant l’établissement, vendredi matin, à l’appel de l’intersyndicale (FOCFDTUnsaCGT et Sud). La CFDT avait aussi appelé à la grève vendredi. La raison de leur colère : la prime versée aux personnels hospitaliers, dans le cadre de la crise du Covid-19. Le décret paru le vendredi 15 mai au journal officiel a fait bondir les agents du centre hospitalier Robert Bisson. Pour rappel, une prime de 1 500 € sera versée dans les 40 départements les plus touchés par le coronavirus.

« Une différence de traitement »

Pour les autres (dont les départements normands), elle sera de 500 €, sauf cas particuliers : dans certains hôpitaux, une dérogation permettra au directeur de relever la prime à 1 500 €. Les CHU de Caen et Rouen, le GH du Havre, le CH Eure-Seine à Evreux, le CHI des Andaines à La Ferté-Macé, le CHIC Alençon-Mamers et le CH Risle Pont-Audemer font partie de cette liste. Les soignants lexoviens s’étonnent de cette « différence de traitement », notamment comparé à l’hôpital de Pont-Audemer… dont Lisieux a reçu des patients. « Ils ont décidé de couper la France en deux », regrette Cédric Leseney. Le secrétaire général Santé-sociaux CFDT du Calvados pointe du doigt « une usine à gaz qui crée des inégalités flagrantes » : « L’hôpital de Lisieux a participé largement et a été en première ligne dès le départ ».

« Tout le monde a fait les efforts »

Isabelle Leralle (Unsa) confirme : « Nous avons reçu des gens de la région parisienne, qui étaient venus sur la Côte fleurie. Nous avons permis aux hôpitaux de Paris de se désengorger. Pour quels remerciements ? »« Tout le monde a fait les efforts », ajoute Franck Paris (FO), qui rappelle les manques de masques et de blouses et surblouses au début de la crise : « Il y a eu une prise de risque totale ». Aujourd’hui, le personnel « est épuisé » assure Céline Rocancourt (CFDT). Les syndicats ont contacté l’Agence régional de santé et des élus : « On espère débloquer les choses ».

Un rassemblement aussi le lendemain

Le lendemain, samedi matin, une soixantaine de personnes s’est réunie sur la place Mitterrand pour soutenir les soignants de l’hôpital de Lisieux, qui protestent contre le montant de leur prime Covid. En plus de membres de l’intersyndicale, des citoyens et gilets jaunes étaient présents, ainsi que Clotilde Valter, ancienne secrétaire d’Etat et Sébastien Leclerc, député, tous les deux candidats aux élections municipales.

[Source  Extrait du pays d’auge le 29 mai 2020 – Paul LESIGNE]